Histoire des fouilles en Grèce de l'Est
Cliquez sur un texte pour en afficher la totalité.

Peu de vases de la Grèce de l'Est sont connus avant la seconde moitié du xixe siècle. Il faut attendre la découverte, en 1859, du site de Camiros, sur l'île de Rhodes, pour que la situation change.

I. Les fouilles de Rhodes
1. Auguste Salzmann (1824-1872) et les fouilles franco-britanniques

Auguste Salzmann est un peintre-photographe d'origine alsacienne. Passionné d'archéologie, il découvrit la nécropole de Camiros, en 1859, par la lecture de Strabon.
Cette découverte s'inscrit dans une actualité scientifique. En effet, le milieu du xixe siècle correspond à une prise de conscience des dettes de la civilisation grecque vis à vis de l'Orient. Les fouilles des nécropoles de Camiros, cité que Salzmann pensait phénicienne, pouvaient confirmer l'origine orientale de l'art grec.
Dès le début de sa découverte et jusqu’en 1864, Salzmann s'allie, pour des raisons financières, au British Museum, qui fut, de ce fait, le principal bénéficiaire des fouilles. Sur le terrain, A.Salzmann s'associe à Biliotti, vice-consul anglais à Rhodes. Ils fouillèrent Camiros, ensemble ou séparément, entre 1859 et 1868. Ensuite, Biliotti continua seul l'exploration d'Ialysos. On lui doit les seuls journaux de fouilles sur les campagnes de Camiros et d'Ialysos : les manuscrits sont conservés au British Museum.
En raison de la mort prématurée d’A.Salzmann, nous ne disposons pas d’une publication synthétique des premières fouilles de Rhodes. Seul un volume posthume contenant les photographies qu'il avait faites sur place nous est parvenu.

Bibliographie :
-A. Salzmann, Une ville homérique. Sa nécropole, découverte par M. Salzmann, RA 1861, p. 467-472.
-A. Salzmann, Bijoux phéniciens trouvés dans la nécropole de Camiros, RA 1863, p. 3-7.
Livre-A. Salzmann, Bulletin archéologique du Musée Parent I, octobre 1867, in-folio, p. 29-35.
Livre-A. Salzmann, Nécropole de Camiros. Journal des fouilles exécutées dans cette nécropole pendant les années 1858 à 1865, Paris, 1875.
Archives manuscrites :
Le journal de fouilles de Camiros par Biliotti (1863-1864) conservé au British Museum et de la correspondance impliquant Salzmann et Biliotti, conservée en divers endroits dont le BM et la bibliothèque de l’Institut de France.

État de la documentation :
Liste des vases conservés au Louvre provenant des fouilles Salzmann

Des fouilles clandestines à caractère plus mercantile que scientifique succédèrent à la fin du xixe siècle aux premières campagnes et se poursuivirent au début du xxe siècle, encouragées par un collectionneur influent, Arapidès, bien implanté à Rhodes et impliqué dans le marché de l'art.

Bibliographie :
M.-Ch. Monaco, Ρόδος 1899-1912, Χάρις χαίρε, t.2, Athènes, 2004, p. 73-80.

État de la documentation :
Liste des vases conservés au Louvre découverts à Rhodes et ne provenant pas des fouilles Salzmann

Auguste Salzmann est un peintre-photographe d'origine alsacienne. Passionné d'archéologie, il découvrit la nécropole de Camiros, en 1859, par la lecture de Strabon.
Cette découverte s'inscrit dans une actualité scientifique. En effet, le milieu du xixe siècle correspond à une prise de conscience des dettes de la civilisation grecque vis à vis de l'Orient. Les fouilles des...

2. Les fouilles danoises

L'exploration scientifique de Rhodes prit son essor au début du xxe siècle avec les fouilles danoises de Lindos, dont l'Acropole fut fouillée de 1902 à 1914, ainsi que deux sites sur son territoire, Vroulia et Exochi. Activement impliqué dans ces différentes fouilles, K.F.Kinch eut le temps de publier avant sa mort les fouilles de Vroulia. Cet ouvrage est le seul témoignage de ce matériel qui a disparu pendant la première guerre mondiale. En raison de la mort de Kinch puis de son successeur C.Blinkenberg, les fouilles d'Exochi ne furent publiées qu'en 1958 par F.Johansen.

Bibliographie :
-K.F.Kinch, Vroulia, Berlin, 1914.
-Chr.Blinkenberg, Lindos, Fouilles de l'Acropole I, les petits objets, Berlin, 1931.
-K.F.Johansen, Exochi. Ein frührhodisches Gräberfeld, ActArch, 28, 1958, Copenhague.

L'exploration scientifique de Rhodes prit son essor au début du xxe siècle avec les fouilles danoises de Lindos, dont l'Acropole fut fouillée de 1902 à 1914, ainsi que deux sites sur son territoire, Vroulia et Exochi. Activement impliqué dans ces différentes fouilles, K.F.Kinch eut le temps de publier avant sa mort les fouilles de...

3. Les fouilles italiennes

A partir de 1912, date de l'occupation de Rhodes par l'Italie, un vaste programme conduit par la mission archéologique italienne se fait jour. Elle fut d'abord confiée à A.Maiuri de 1914 à 1924, puis à G.Jacopi, de 1924 à 1935 et enfin à L.Laurenzi de 1935 jusqu'à la seconde guerre mondiale. Jusqu'à présent, on ne connaissait de Camiros et d’Ialysos que les nécropoles, ce sont les Italiens qui ont découvert les sanctuaires. La publication exhaustive, dans la série Clara Rhodos, de nouveaux contextes funéraires découverts à Camiros, Ialysos et Nysiros, reste un outil de travail majeur. Le réexamen de ces contextes est en cours.

Bibliographie :
-G.Jacopi, "Scavi nella necropoli di Ialisos 1924-1928", Clara Rhodos, 3, 1929.
-G.Jacopi, "Esplorazione archeologica di Camiro, I : Scavi nelle necropoli di Camiresi 1929-1930", Clara Rhodos, 4, 1931.
-G.Jacopi, ""Esplorazione archeologica di Camiro, II : Scavi nelle necropoli di Camiresi 1932-1933", "Scavi ricerche di Nisiro", Clara Rhodos, 6-7, 1932-1933.
-B.D’Agostino, Funerary customs and society on Rhodes in the Geometric Period. Some observations, Across Frontiers : Etruscans, Greeks, Phoenicians and Cypriots, B. D’Agostino, H. Herring éds, Londres, 2006, p. 57-69.
-V. D’Acunto, La necropoli protogeometrica e geometrica di Ialysos (Rodi). Scavi della missione italiana (1914-1934), Monografie della Scuola Archeologica Italiana di Atene (à paraître).

A partir de 1912, date de l'occupation de Rhodes par l'Italie, un vaste programme conduit par la mission archéologique italienne se fait jour. Elle fut d'abord confiée à A.Maiuri de 1914 à 1924, puis à G.Jacopi, de 1924 à 1935 et enfin à L.Laurenzi de 1935 jusqu'à la seconde guerre mondiale. Jusqu'à présent, on ne connaissait de...

4. Les fouilles grecques

L’île de Rodes est depuis la fin de la seconde guerre mondiale exclusivement fouillée par des archéologues grecs. La mise en valeur des sites et l’exécution de fouilles d’urgence ont scandé une recherche, qui dans le domaine de la céramique grecque des hautes époques, a donné lieu à des articles, dont il n’est pas envisageable de dresser ici la liste exhaustive, plutôt qu’à des monographies. Des découvertes inédites sont exposées au musée de Rhodes. Dans le Dodécannèse, les fouilles de Nisyros, inaugurées par les Italiens, ont fait l’objet de fouilles programmées, dont la publication, par M. Philimonos, est en cours.

Bibliographie :
-E.Farmakidou, How far can pots go. Conceptualising pottery production and exchange in Geometric Rhodes, Cyprus and the East Aegean : Intercultural Contacts from 3000 to 500 BC, V. Karageorghis, O. Kouka éds, Nicosie, 2009, p. 103-113.
-G.Bourogiannis, Eastern influence on Rhodian Geometric Pottery : foreign elements and local receptiveness, Cyprus and the East Aegean : Intercultural Contacts from 3000 to 500 BC, V. Karageorghis, O. Kouka éds, Nicosie, 2009, p. 114-30. 
-A.Grigoriadhou, A. Iannikouri, T. Marketou, Καύσεις νεκρών από την Ιαλισό, Καύσεις στην Εποχή του Χαλκού και την Πρώιμη Εποχή του Σιδήρου, N. Stampolidis éd., Athènes, 2001, p. 392-393.

L’île de Rodes est depuis la fin de la seconde guerre mondiale exclusivement fouillée par des archéologues grecs. La mise en valeur des sites et l’exécution de fouilles d’urgence ont scandé une recherche, qui dans le domaine de la céramique grecque des hautes époques, a donné lieu à des articles, dont il n’est pas envisageable de...

II. L'archéologie en Asie Mineure

Hormis Rhodes, la Grèce de l'Est a été peu fouillée au xixe siècle.

Les fouilles de Samos

Les fouilles de Samos, entreprises par J.Böhlau en 1894, mirent au jour deux nécropoles au nord et à l'Ouest de la ville. Publiées quatre ans plus tard, elles conduisirent le fouilleur à définir une production samienne autour des vases de Fikellura, une localité proche de Camiros où ils furent trouvés en abondance Si cette attribution est désormais rejetée; les analyses de Bölhau se révèlent en revanche essentielles pour la reconnaissance de Milet à laquelle il donne la paternité du style des "chèvres sauvages". De même, il lui revient le mérite d'avoir discerné l'existence d’une version éolienne du style des "chèvres sauvages", issue des fouilles de Larissa. Les fouilles allemandes menées à l’Héraion de Samos au cours du xxe siècle donnèrent lieu à diverses publications, dont deux volumes des études samiennes, consacrées aux céramiques géométriques et orientalisantes.

Bibliographie :
-J.Bölhau, Aus ionischen und italischen Nekropolen, Leipzig, 1898.
-H.Walter, Samos V. Frühe samische Gefäße. Chronologie und Landschaftsstile ostriegriechischer Gefäße, Bonn, 1968.
-H.Walter-Karydi, Samos VI, 1. Samische Gefäße des 6. Jhs v. Chr. Landschaftsstile ostriegriechischer Gefäße, Bonn, 1973.

Les fouilles de Samos, entreprises par J.Böhlau en 1894, mirent au jour deux nécropoles au nord et à l'Ouest de la ville. Publiées quatre ans plus tard, elles conduisirent le fouilleur à définir une production samienne autour des vases de Fikellura, une localité proche de Camiros où ils furent trouvés en abondance Si cette...

Les fouilles de Chios

La première investigation archéologique de la cité antique par Fustel de Coulanges en 1845 avait révélé l’existence de tombes au nord de la ville de Chios. Les fouilles exécutées par K.Kourouniotis en 1914-1915 lui permirent, grâce au mobilier d’une trentaine de tombes, d’attribuer à un atelier local des vases, dont il contestait désormais l’origine naucratite (cf. infra). Les années cinquante constituèrent un tournant pour l’archéologie chiote. La découverte d’Emporio, le premier bon port que présente l’île en face de l’Asie Mineure aux marins venus du sud, donna lieu à des fouilles systématiques, menées entre 1952 et 1955 par J. Boardman. L’exploration du village et de la campagne environnante révéla l’existence de deux petits sanctuaires : celui d’Athéna sur l’acropole, fortifiée dès le viiie siècle, et celui, un peu plus grand, de Phanai dans la campagne. Parallèlement, des fouilles furent entreprises par la Société archéologique d’Athènes sous la direction de N.Kontoléon à Rizzari, près de la ville antique, aujourd’hui recouverte par la ville moderne : à défaut de vestiges monumentaux, on y découvrit des dépôts votifs et des tombes.

Bibliographie :
-K.Kourouniotis Ανασκαφαί και έρευναι εν Χίω, AD, 1, 1915, p. 64-93.
-K.Kourouniotis, Ανασκαφαί και έρευναι εν ΧίωAD, 2, 1916, p. 190-215
-J.Boardman, Greek Emporio : Excavations at Chios 1952-1955, ABSA, Suppl. 6, 1967.
-W.Lamb, Excavations at Kato Phana in Chios, ABSA, 35, 1934-1935, p. 138-163.
-N.Kontoléon, Praktika 1952, p. 520-530 ; Praktika 1953, p. 268-269.
-A.A.Lemos, Rizari. A cemetery in Chios town, Greeks Offerings. Essays on Greek Art in honour of J. Boardman, O.Palagia éd., Oxford, p. 73-85.

Au xxe et xxie siècles, les acquis les plus considérables concernent Milet et Clazomènes.

La première investigation archéologique de la cité antique par Fustel de Coulanges en 1845 avait révélé l’existence de tombes au nord de la ville de Chios. Les fouilles exécutées par K.Kourouniotis en 1914-1915 lui permirent, grâce au mobilier d’une trentaine de tombes, d’attribuer à un atelier local des vases, dont il contestait désormais l’origine naucratite (cf. infra)....

Les fouilles de Milet

Au regard de Samos, dont le sanctuaire révéla de prodigieuses offrandes, Milet connut longtemps un sort paradoxal : celui d’un grand centre attesté par les textes, mais dont les fouilles tardèrent à exhumer les niveaux archaïques. Par ailleurs, les découvertes de fouilles anciennes, réalisées à Milet comme à Colophon furent perdues dans la tourmente du conflit gréco-turc. Récemment, des archéologues allemands ont exploré divers secteurs de la cité archaïque : le sanctuaire d’Athéna et plusieurs zones extra-urbaines. La première est une colline, située au sud de Milet, Kalabaktepe, dont le flanc sud était occupé par un habitat, fouillé sous la direction de V. von Graeve de 1986 à 1995 : cinq fours du viie siècle ont été exhumés. Leur implantation dans un quartier d’habitation suggère que les activités domestiques et artisanales étaient étroitement associées et qu’une partie de la production milésienne se faisait à petite échelle et dans des officines distinctes. Plus à l’est de la même colline, M. Kerschner identifia le temple d’Artémis Chitonè. Enfin, une colline toute proche des portes de la ville, Zeytintepe, permit de découvrir en 1990 un temple d’Aphrodite, qui fut, lui aussi, fouillé. Ces campagnes ont définitivement démontré que la ville archaïque se situait bien sous les niveaux hellénistiques. Elles confortent la place prééminente de Milet dans l’artisanat de l’argile, en illustrant le développement continu de la production milésienne du deuxième quart du viie à la fin du vie siècle. Aux riches indications stratigraphiques fournies par le site de Kalabaktepe s’ajoutent celles d’Assessos, un site à l’est de la ville.

Bibliographie, notamment sur les fours :
-Th.Wiegand, Ausgrabungen in Milet, IV, SBBerlin, 1905, p. 545.
-V. von Graeve, Milet 1990, IstMitt, 40, 1990, p. 40, fig. 1 : un four du viie ou peut-être du vie siècle (K 88.9).
-M. Seifert, Milet 1990, IstMitt, 41, 1991, p. 134-136, fig 3 : un four du viie siècle (Q 90.10).
-R. Senff, AA 1995, p. 208. 211, fig 9 (in Q 92.1 et Q 92.2).
-R. Senff, Die archaische Wohnbauung am Kalabaktepe in Milet, Die Ägäis und das westliche Mittelmeer, Beziehungen und Wechselwirkungen, 8. Bis 5. Jh. V. Chr., 24. Bis 27. März 1999, F.Krinzinger éd., Vienne, 2000, p. 34, mentionne trois fours datés de la seconde moitié du viie siècle
-G.Kalaitzoglou, Assesos. Ein geschlossener Befund südionischer Keramik aus dem Heiligtum der Athena Assesia, Mayence, 2008.

Sites partenaires :
http://www.ruhr-uni-bochum.de/milet/

Au regard de Samos, dont le sanctuaire révéla de prodigieuses offrandes, Milet connut longtemps un sort paradoxal : celui d’un grand centre attesté par les textes, mais dont les fouilles tardèrent à exhumer les niveaux archaïques. Par ailleurs, les découvertes de fouilles anciennes, réalisées à...

Les fouilles de Clazomènes

La découverte en 1882 de sarcophages en terre cuite peinte, exécutés dans différentes techniques sembla confirmer, dans le cadre du pan-ionisme ambiant, la prééminence de l'Ionie et le rôle pionnier de Clazomènes dans l'invention des figures noires et rouges.
Des fouilles récentes, conduites par G.Bakir, ont permis de mettre au jour un habitat archaïque à Liman tepe et diverses nécropoles. L’une d’elle, située à l’ouest de la ville, a livré des sarcophages peints, dont la datation remonte au moins au dernier quart du viie siècle, ainsi que des vases de la Grèce de l’Est, trouvés en association avec de la céramique du Protocorinthien Récent et du Transitionnel. La publication exhaustive devrait permettre de préciser la chronologie des productions de l’Ionie du Nord dans la seconde moitié du viie siècle. La majorité du mobilier grec de l’Est est constitué de vases à boire et d’oenochoés, dont certaines sont décorées dans la variante locale du style de la chèvre sauvage, tandis que d’autres, trouvées dans les mêmes contextes, conservent un décor subgéométrique.
Sur le versant sud de l’acropole, dans une zone proche d’un sanctuaire et de nécropoles, ont été mis au jour des ateliers archaïques, dont trois fours datés de la première moitié du vie siècle av. J.-C. Deux d’entre eux, découverts en 2001, sont très endommagés. Mieux préservé, le four piriforme révélé en 1987 semble avoir été en usage au second quart du vie siècle. Parmi le matériel exhumé, on trouve essentiellement de la céramique fine, dont des tests de cuisson. Deux catégories dominent. La première est une céramique à vernis noir ou gris, pour laquelle la céramique de Sardes datée d’avant le sac de Cyrus, en 547/542, offre les meilleurs parallèles. Les cruches et les oenochoés trilobées du groupe sont parfois décorées de rosettes peintes en blanc, selon une mode attestée à Corinthe et en Laconie, mais encore peu connue dans le monde grec oriental. La seconde catégorie confirme la participation de Clazomènes au style de la chèvre sauvage sur des formes comme l’oenochoé, le dinos, la pyxis cylindrique, le skyphos. La facture rapide du dessin se retrouve sur des plats, à pied annulaire ou conique, aux motifs lotiformes, une version locale d’une catégorie attribuée à l’Ionie du Nord. Le fouilleur insiste sur la diversité des productions associées à ce four, qui, après sa phase d’activité, a été apparemment utilisé comme dépotoir par des installations artisanales voisines. Outre le matériel déjà évoqué, on trouve des bols décorés de bandes, des coupes ioniennes, des vases à reliefs, un moule de figurine en forme de tête féminine, destiné au décor d’un vase plastique… Quant à la présence d’une tradition lydienne, elle serait imputable, selon Y. Ersoy, à l’immigration d’un artisan.

Bibliographie :
-G.Bakir, Y.Ersoy, Kazi sonuçlari Toplantisi II, 1998 (1999), p.68-76.
-Y.Ersoy, Clazomenae : The Archaic Settlement, thèse de doctorat (Bryn Mawr College), 1993.
-Y.Ersoy, East Greek Pottery Groups of the 7th and 6th Centuries BC from Clazomenae, Die Ägäis und das westliche Mittelmeer, Beziehungen und Wechselwirkungen, 8. Bis 5. Jh. V. Chr., 24. Bis 27. März 1999, F.Krinzinger éd., Vienne, 2000, p. 399-406.
-Y.Ersoy, Pottery Production and Mechanism of Workshops in Archaic Clazomenae, Griechische Keramik im Kulturellen Kontext, Akten des Internationalen Vasen-Symposions in Kiel vom 24. Bis 28 September 2001, B.Schmaltz, M.Söldner éds, Kiel, 2003, p. 254-257.
-Y.Ersoy, Klazomenai : 900-500 BC. History and Settlement Evidence, Klazomenai, Teos and Abdera: Metropoleis and Colony, Proceedings of the Symposium, Abdera 20-21 October 2001, A.Moustaka, E.Skarlatidou, M.-C.Tzannes, Y.Ersoy éds, Thessalonique, 2004, p. 43-76.

La découverte en 1882 de sarcophages en terre cuite peinte, exécutés dans différentes techniques sembla confirmer, dans le cadre du pan-ionisme ambiant, la prééminence de l'Ionie et le rôle pionnier de Clazomènes dans l'invention des figures noires et rouges.
Des fouilles récentes, conduites par G.Bakir, ont permis de mettre au jour un habitat archaïque à Liman tepe et...

III. Les fouilles « Outre-mer »

La céramique de la Grèce de l’Est connaît au viie siècle une diffusion très large dans le monde grec, le long des routes commerciales, et même au-delà : en Afrique du Nord, notamment en Égypte et en Lybie, en Occident et en Mer noire, dans des colonies grecques et en territoire indigène.

Les fouilles en Égypte et en Lybie

Les fouilles conduites à Naucratis à partir de 1884 enrichirent considérablement le matériel disponible, en révélant l’existence de nombreuses importations de la Grèce de l’Est dans le delta, notamment à Naucratis, le seul comptoir commercial concédé aux marchands grecs dans le dernier tiers du viie siècle. Y furent mis au jour des bols à oiseaux et leurs dérivés, des exemplaires de la phase tardive du style de la chèvre sauvage et de la céramique chiote, considérée comme naucratite jusqu’à ce que le débat soit relancé par des fouilles menées à Chios même au début du xxe siècle (cf. supra). Les fouilles de Tocra, une colonie grecque en Cyrénaïque (actuellement en Lybie), ont mis au jour beaucoup de la céramique grecque archaïque, dont des productions de la Grèce de l’Est.

Bibliographie :
F. Petrie, Naukratis, Londres, 1886.
E. A. Gardner, Naukratis II, Londres, 1888. 
-M.S.Venit et alii, Greek Painted Pottery from Naukratis in Egyptian Museum, Eisenbrauns, 1988.
-Naukratis, Die Beziehungen zu Ostgriechenland, Ägypten und Zypern in archaischer Zeit, Akten der Table Ronde in Mainz, 25.-27. November 1999, U.Höckmann, D.Kreikenboom éds, Möhnesee-Warnel., 2001
-Naukratis, Greek Diversity in Egypt, Studies on East Greek Pottery and Exchange in the Eastern Mediterranean, A.Villing, U.Schlotzhauer éds, Londres, 2006.
-J.Boardman, J. Hayes, Excavations at Tocra 1963-1965 : The Archaic Deposits II and Later Deposits. ABSA, Suppl. 10, 1973, Oxford.

Sites partenaires : en cours d’élaboration
Projet de recherche sur Naucratis conduit par le Britih Museum.

Les fouilles conduites à Naucratis à partir de 1884 enrichirent considérablement le matériel disponible, en révélant l’existence de nombreuses importations de la Grèce de l’Est dans le delta, notamment à Naucratis, le seul comptoir commercial concédé aux marchands grecs dans le dernier tiers du viie siècle. Y furent mis au jour des...

Les fouilles en Occident

Les fouilles des colonies grecques en Italie et en Sicile sont anciennes et remontent à la fin du xixe siècle. Les sites de Sicile, comme Syracuse, Mégara Hyblaea, Sélinonte, Naxos…, ont livré beaucoup de céramiques de la Grèce de l’Est. Ces exportations ont aussi gagné les sites indigènes, notamment l’Étrurie.

Bibliographie :
-P.Orsi, Megara Hyblaea. Storia, Topografia, Necropoli e anathemata, MonAnt 1, 1889, p. 689-950.
-P.Orsi , Siracusa, Notizie degli Scavi 1893, p. 445-486.
-P.Orsi, Siracusa, Notizie degli Scavi 1895, p. 109-192.
-P.Orsi, Gela. Scavi del 1900-1905, MonAnt, 17, col. 5-758.
-G.Vallet, F.Villard, Megara Hyblaea 2 : La céramique archaïque, Ecole française de Rome. Mélanges d’archéologie et d’histoire, Suppl. 1, Paris, 1964.
-Chr.Dehl-von Kaenel, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt, 1995, Berlin.
-M.Kerschner, Die bemalte ostgriechische Keramik auf Sizilien, Die Ägäis und das westliche Mittelmeer, Beziehungen und Wechselwirkungen, 8. Bis 5. Jh. V. Chr., 24. Bis 27. März 1999, F.Krinzinger éd., Vienne, 2000, p. 487-491.
-Vasi del Wild Goat Style dalla Sicilia e dai Musei Europei, Catalogo della Mostra Gela, Museo Archeologico Regionale 27 Aprile-21 Maggio 2006, M.-C. Lentini éd., Syracuse, 2008.

Les fouilles des colonies grecques en Italie et en Sicile sont anciennes et remontent à la fin du xixe siècle. Les sites de Sicile, comme Syracuse, Mégara Hyblaea, Sélinonte, Naxos…, ont livré beaucoup de céramiques de la Grèce de l’Est. Ces exportations ont aussi gagné les sites indigènes, notamment...

Les fouilles en Mer noire

Apollonia fut la première des colonies grecques du littoral occidental de la Mer Noire, à faire, depuis 1884, l’objet de fouilles archéologiques, qui n’ont pas encore véritablement révélé les niveaux archaïques. Les fouilles d’Orgamé, débutées en 1926, ont été étendues en 1990 à la nécropole tumulaire. Parallèlement, les fouilles de l’habitat archaïque de Vişina (1979-1985), situé 10 km à l’Ouest d’Orgamè apportent un premier jalon dans la connaissance du territoire colonial. Les sites, dont les niveaux archaïques sont les mieux connus, sont Istros (Histria) et Bérézan, le plus ancien site grec fondé en Mer noire. Ce dernier est fouillé par le musée de l’Ermitage depuis les années 1970.
Bibliographie :
-P. Alexandrescu, La céramique d’époque archaïque et classique (vii-ive s.), Histria, 4, Bucarest.
-P.Alexandrescu, La zone sacrée d’époque grecque (fouilles 1915-1989), Histria, 7, Bucarest.
-R.Posamentir, S.Solovyov, Zur Herkunftsbestimmung archaisch-ionischer Keramik : Die Funde aus Berezan in der Eremitage von St. Petersburg I, IstMitt, 56, 2006, p. 103-128.
-R.Posamentir, S.Solovyov, Zur Herkunftsbestimmung archaisch-ionischer Keramik : Die Funde aus Berezan in der Eremitage von St. Petersburg II, IstMitt, 57, 2007, p. 179-207.
-R.Posamentir, N.Arslan, I.Bîrzescu, Ş.Karagöz, Zur Herkunftsbestimmung archaisch-ionischer Keramik III : Funde aus den Hellespontstädten, Histria und Olbia, IstMitt, 59, 2009, p. 35-50.

Apollonia fut la première des colonies grecques du littoral occidental de la Mer Noire, à faire, depuis 1884, l’objet de fouilles archéologiques, qui n’ont pas encore véritablement révélé les niveaux archaïques. Les fouilles d’Orgamé, débutées en 1926, ont été étendues en 1990 à la nécropole tumulaire. Parallèlement, les...

Sites partenaires :
Le centre de recherche Camille Julian sur les sites d’Apollonia et d’Orgamé : http://ccj.univ-provence.fr/spip.php?article769.

Connexion
Identifiant
Mot de passe
S'enregistrer
Identifiant
Mot de passe
Répéter le mot de passe
Prénom
Nom
E-mail
Métier
Langue choisie